Pressbook

Conférences & Formations :

GRAND ANNECY

le DL : 30-01-2011

Expéditions lointaines :

Atalante !

site web Atalante : 2004

Club Alpin : Expédition au Népal

le DL : 30-05-2009

le DL : 08-2009

Ils sont rentrés du Pérou

le DL : 14-09-2009

Caf : l'expédition Népal approche

le DL : 16-09-2009

Club alpin : Retour de l'expédition au Népal

le DL : 29-10-2009

caf

Le DL : 28-12-2009

10 caf

le DL : 30-01-2010

Secours en montagne :

lettre de l’état (74) : 02-2008

le DL : 21-9-2008

le DL : 8-4-2009

texte alternatif

le DL : 28-3-2010

Ingénieur consultant :

lettre info INSA LYON : 09-2013

Je me présente

Philippe, haut-savoyard

Né…en pleine saison de ski… au milieu des montagnes !
diplômes : Ingénieur , Guide de Haute Montagne, Moniteur de Plongée
profession : Ingénieur , Guide de Haute Montagne, Moniteur de Plongée !

Je suis originaire de la Roche sur Foron en Haute-Savoie… Pour vous situer, c’est entre Chamonix (45mn), Genève (20mn) et Annecy (20mn).
Depuis, je me suis expatrié à Groisy (à 15mn de la Roche !)

La montagne, je l’ai découverte très jeune avec la section du Club Alpin Français de la Roche-Bonneville.
Après avoir suivi les formations du cursus fédéral, je suis devenu un cadre actif du club.

Mes études m’ont amené à passer un bac d’électronique à Cluses puis un diplôme d’ingénieur à l’INSA de Lyon.
J’ai ensuite intégré la société Salomon pour progressivement prendre en charge la direction de la Recherche et Développement des skis.
Fort d’une vingtaine d’années d’expérience à divers postes de direction en entreprise, j’ai créé début 2009 la société de conseil « RD cimes » spécialisée dans le Management de l’INNOVATION.
J’exerce maintenant une double activité :

  • Mon activité principale de Consultant en Management de l’INNOVATION. Mes principaux clients sont des entreprises qui développent des produits et services dans les différents domaines des pratiques d’Outdoor.
  • En parallèle, je prends beaucoup de plaisir à exercer mon métier de Guide de haute montagne tout au long de l’année. Je réalise nottament deux ou trois expéditions loingtaines chaque année (Himalaya, Amérique du sud…).
UIAGM

J’éprouve beaucoup de plaisir à faire découvrir la montagne aux autres et à leur transmettre mes connaissances. J’aime voir progresser ceux que j’accompagne.
Je m’investis beaucoup dans les formations (CAF-FFCAM, FFME, Secours en Montagne, clientèle privée).

Logo Secours En Montagne

J’attache beaucoup d’importance à la sécurité.
Je suis depuis plus de 20 ans, secouriste actif au sein des Sociétés de Secours en Montagne de la Haute-Savoie.
En tant que Guide formateur, je forme, depuis plus de 10 ans, les futurs secouristes en montagne des différentes sections du département.
J’ai assumé les fonctions de Président Départemental des Sociétés de Secours en Montagne de Haute-Savoie de mars 2005 à mars 2010.

Pour compléter, j’ai découvert en 2001 les joies de la plongée sous-marine. Je suis actuellement moniteur de plongée 2ème degré (BEES2).
C’est un plaisir supplémentaire pour moi de pouvoir former les nouvelles générations de moniteurs de plongée.

Polissage Artistique

Secteur artistique, quelques exemples : pièces de fonderie, sculpture de poisson, Totem en forme de 8…

Polissage tous objets

categorie_16Le polissage du secteur Divers est très varié, ce sont souvent des petites à moyennes séries pour des matières telles que, l’aluminium, l’inox, le laiton  et des finitions brossées, poli miroir…

Quelques exemples de pièces que nous pouvons réaliser :
Attaches de bateau, pièces de mécanique, pièces pour machines de découpe (secteur alimentaire),pièces pour les dentistes, poignées de portes, pièces pour ascenseurs …

2013-03 : raid à ski dans les Alpes de Lyngen en Norvège (Jean-Pierre)

Dans l’avion qui entame sa descente sur Tromso les premiers chapelets d’îles surmontées d’une montagne apparaissent. Plus loin, un grand désert immaculé domine une mer sombre qui dessine ça et là des fjords magnifiques. Le grand nord s’impose enfin, lui qui nous a invités, nous promettant dépaysement, descentes fabuleuses, aurores boréales et navigation plaisante. Nous arrivons au nord du cercle polaire, en plein hiver arctique, dans les alpes de Lyngen. Au programme six jours de ski de randonnée au dessus des fjords sur des sommets isolés, dans des pentes quasiment vierges. Nous n’allons pas être déçus.

Dès notre installation sur le Polaris notre bateau résidence, refuge, restaurant, le ton est donné: accueil chaleureux du capitaine Arthur et de son équipe, cabines individuelles, carré repas convivial et douillet, équipage francophone disponible et bienveillant.

Les jours qui suivent vont nous enthousiasmer. Chaque matin, un zodiac nous dépose sur une plage enneigée d’où nous partons skis aux pieds. La montée commence toujours par la traversée d’une forêt de bouleaux qui s’accrochent péniblement à la pente. Parfois, le crissement de nos peaux sur la neige dérange un lagopède qui s’envole devant nous. Puis la progression se poursuit dans des pentes larges, plus ou moins raides sous une lumière rasante qui accentuant les contrastes donne aux sommets environnants un aspect éblouissant, magique. L’altitude atteinte, environ mille mètres, pourrait faire sourire les habitués de nos randos alpines, mais le froid et la météo parfois tempétueuse nous rappellent que nous sommes ici au nord du cercle polaire au pays de Nansen et Amundsen. Souvent, c’est masque sur les yeux que nous entamons la descente. Quand le soleil déchire les nuées qui nous entourent parfois c’est un régal: nous glissons dans des pentes larges, vierges, recouvertes d’une poudreuse fine et légère qui s’envole sous nos spatules, nos skis semblent plonger vers le fjord qui étincelle plus bas. Au milieu, au mouillage, notre refuge le Polaris semble surveiller et apprécier les trajectoires que dessinent nos skis sur ces pentes immaculées.

En fin d’après midi, au hasard d’un amarrage à quai, nous partons visiter un petit village: Djupvik, Hamnnès…Quelques maisons en bois coloré, une épicerie, et partout des morues séchées qui pendent à d’étranges potences, nous rappelant que nous sommes ici chez un peuple de pêcheurs.

Quand le soir, Arthur notre capitaine interrompt notre digestion après un excellent repas toujours à base de poissons frais, pour nous inviter à sortir sur le pont afin d’ admirer une aurore boréale qui diffuse sa lumière argentée dans la nuit polaire tel un spectre mystérieux, on se dit que l’on est vraiment dans un pays enchanteur et fascinant.

Hélas, il nous faut bientôt quitter cet univers grisant. Une ultime virée nocturne à Tromso très animée le samedi soir, et c’est la tête encore ailleurs, pleine d’images merveilleuses que nous quittons ce pays qui nous a si bien accueillis.

Comment après cette semaine si riche et dépaysante ne pas associer à mon plaisir mes treize camarades, compagnons d’odyssée. Nous avons formé un groupe ami, à l’intérieur duquel la bonne humeur, le rire et la complicité étaient toujours de mise.
Enfin sans la présence de nos guides Philippe et Hervé, rien de tout celà n’aurait pu être vécu. Ils nous ont concocté un programme riche et varié fait d’itinéraires magnifiques, de traversées épiques, de descentes d’anthologie, parfaitement bien adapté aux contraintes météorologiques qui n’étaient pas toujours faciles à gérer.
Par leurs compétences, leur complémentarité, et leur simplicité ils ont rendu ce séjour nordique tout simplement inoubliable.

Jean-Pierre.

2013-03 : raid Chamonix-Zermatt (Laure)

Le Dimanche 24 mars 2013 nous voilà partis pour Chamonix-Zermatt.
Non! La météo en a décidé autrement. L ‘Aventure sera Chamonix-Valsorey avec des souvenirs inoubliables.

Malgré tout, ce sera une très belle expérience où Philippe, en professionnel, a su nous guider à travers cet épais brouillard jusqu’à ce refuge de Saleina, halte totalement imprévue.
Une atmosphère singulière et sereine inattendue nous accueille dans tous les refuges où les repas sont appréciés avec grand appétit.
Le lendemain, le Col Droit en vue. En effet: »Tout Dré dans la montée, skis sur sac!. »Pour finir par une splendide petite arête de neige. Que d’adrénaline pour novice. !!
Chaque jour, Philippe, tu t’adaptes à cette météo capricieuse.
Mais, l’aventure continue. Depuis Plan de Jeu, direction Valsorey: le Top du Top, Ciel bleu, Soleil, Sommets à perte de vue, descente de rêve tout poudre, tout ceci Grandeur Nature. »Y » comprise cette dernière montée où le refuge s’éloigne à chaque mètre avancé!!!
Rassurez vous;vite oublié par un succulent plat de rösti.
A nouveau la météo fortement capricieuse, nous laisse encore rêver de la suite de l’itinéraire: Jardin des chamois(glacier Aouille)-Pigne d’Arolla-Bertol-Zermatt……. !!!!
A bientôt Philippe et un grand merci de tout le groupe: Manu, Alain, Eric, Carole, Erick, Christophe, Laure.

Laure.

Vidéos

Raid à ski au SPITZBERG

En mai 2015, raid à ski au Spitzberg, à bord du bateau « le Polaris », à la période du soleil de minuit…

Vallée Blanche en fauteuil

Le 1er mars 2012, descente intégrale (jusqu’à Chamonix) de la Vallée Blanche en fauteuil pour Jean-Paul.
Il est accompagné d’une équipe du secours en montagne du Pays Rochois.

Raid à ski en Norvège

En mars 2013, une semaine de randonnée à ski dans les fjords au delà du cercle polaire, avec un bateau comme camp de base.
Grace au « Polaris », nous naviguons chaque jour pour rejoindre les différents spots de rando de la région des Alpes de Lyngen, au nord de Trömso.

Dry Tooling

Séance d’initiation sur la falaise de Quintal…

Polissage Médical

Pour le Secteur médical, les pièces peuvent avoir plusieurs finitions, miroir, elles peuvent être microbillées, grenaillées, corindonnées… pour des petites à moyennes séries. Les matériaux sont Inox, Chrome cobalt, titane.

Secteur médical, quelques exemples d’implants que nous réalisons :
Cupules, prothèses de genoux, prothèses de hanches, ancillaires, prothèses d’épaules…

Agenda

en 2019
du 4 au 11 mai : Raid à ski au Spitzberg (à bord du bateau « Le Polaris »)
n’hésitez pas à nous contacter si vous êtes intéressé

Demande de devis en ligne

Pour toute demande de renseignements ou suggestions sur notre site, n’hésitez pas à nous contacter, nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courrier électronique ou postal.

2013-03 : raid à ski dans les Alpes de Lyngen en Norvège (Jacques)

Fabuleux séjour au cercle polaire mené de main de “maitre” et avec beaucoup de doigté par Philippe et Hervé,on en oubliait qu’ils étaient des pros ,
mais ils étaient présents dans les moments délicats,et la gestion du séjour.
Philippe a su être notre GPS… (Guide pour séniors)!!!!!
Un immense Merci et Bravo.

Jacques Reffet

Management de l’INNOVATION

En parallèle de mon activité de Guide de Haute Montagne, je dirige la société RD_cimes, une entreprise de Conseil en Innovation.
RD cimes s’appuie sur un réseau d’experts de l’innovation.

En tant qu’ingénieur consultant, spécialiste du management de l’innovation et de la gestion du risque,
j’accompagne les entreprises dans leurs projets d’innovation.

Pour en savoir plus, consultez le site web :

Tarifs

Il est important de personnaliser et d’adapter la prestation en fonction de vos attentes personnelles.
N’hésitez pas à me contacter : nous trouverons ensemble la solution qui vous convient le mieux.

Les tarifs affichés ne sont qu’une base de référence, demandez un devis !

Il existe 2 systèmes de tarification :

  • une tarification à la course pour les courses répertoriées
  • une tarification à la demi-journée ou à la journée pour les organisations spécifiques

Les tarifs appliqués sont cohérents avec ceux pratiqués par les principaux organismes locaux (compagnies ou bureaux des guides).
Les prix indiqués correspondent aux honoraires du guide. Ces honoraires sont à partager entre les participants.
Aux honoraires, il faut ajouter les frais du guide : remontées mécaniques, refuges, transports…
Chaque participant doit également payer ses propres frais.

tarifs de base

  • journée guide : 380€
  • 1/2 journée guide : 250€

Survivre en montagne

La montagne est un milieu hostile. En cas d’imprévu, la perspective d’y être bloqué peut être effrayante. Une nuit en igloo semble être un cauchemard.
Après cette formation, vous saurez comment vous préparer et comment réagir en cas de besoin.

La formation se déroule sur 2 jours.

Au programme :

  • les paramètres qui conditionnent la survie en montagne
  • leurs conséquences sur l’organisation de la course
  • matériel minimum (fond de sac)
  • préparation
  • le bivouac

Le fil conducteur de la formation sera l’organisation d’une nuit en bivouac de fortune.

Questions fréquentes :

Combien de stagiaires ?
Il faut éviter de dépasser 7 à 8 stagiaires par guide.
Au-delà, l’intérêt pour les stagiaires décroît.

Combien ça coûte ?
La formation coûte 760€ (à partager entre le nombre de stagiaires)
Cela inclut les supports de travail nécessaires aux stagiaires.

A cela, il faut ajouter les frais de transport.
Il n’y a pas de frais d’hébergement ! (le bivouac n’a pas que des inconvénients…)

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.

2012-01 expédition à l’Aconcagua en Argentine (Yvon)

Merci à Philippe, ainsi qu’à Quique notre guide péruvien, pour l’excellente organisation de notre expédition en Argentine visant à atteindre le sommet de l’Aconcagua.
Je n’ai malheureusement pas pu ramasser, comme je le souhaitais, un caillou sur ce sommet tant convoité, mais cela est dû uniquement aux conditions météo et non à nos guides.
J’ai apprécié leur professionnalisme, les choix judicieux concernant la logistique et, grâce à Philippe, la possibilité de louer du matériel auprès de Montagnes-Expéditions. Je salue également l’excellent choix tactique de la progression pour une acclimatation optimum.
Une très bonne ambiance a régné tout au long de ces 3 semaines au cours desquelles nous avons pu admirer des paysages grandioses de la pampa sud-américaine.
J’espère avoir l’occasion prochainement de repartir avec Philippe pour un trek ou une expédition.

Yvon

2013-03 : raid à ski dans les Alpes de Lyngen en Norvège (Alain)

Une première pour plusieurs raisons, rando au delà du cercle polaire, sur une période de 6 jours, avec des professionnels de la montagne et une très grande satisfaction car super organisation et séjour réussi à tous les niveaux……
Merci et à très plus

Alain

2010-07 : traversée des arêtes de la Meije (Bruno)

« Les mois passent et je n’ai toujours pas pris le temps d’écrire un p’tit mot… Pourtant les souvenirs sont là, gravés dans ma mémoire, juste à coté du livre de « Gaspard de la Meije ».

Lundi 6 juillet, il est midi quand on arrive à La Bérarde, la montée est tranquille jusqu’au Refuge du Promontoire et l’accueil est digne de celui du Parc des Ecrins. On boit un verre puis on discute de la course… nous serons quatre cordées qui la feront.

Mardi 7 juillet, 3h15 du matin, c’est le grand jour… partir de nuit est appréciable car cela me permet de moins stresser… Le jour se lève, c’est Grandiose, les conditions sont là pour faire une très belle course et il fait très beau. Tout va pour le mieux jusqu’à la « Muraille de Castelnau » là je la trouve technique à mon goût et un peu trop engagée…mais le plus difficile va arriver le « Pas du Chat » ; Philippe est là, serein il me rassure et fait tout le boulot… Le Glacier Carré me permet de récupérer. La course n’est pas finie… il reste le « Cheval Rouge », un IV sup. délicat qui disent dans les topos… C’est comme toute la course d’ailleurs, un IV en montagne, c’est autre chose ! On arrive enfin au Grand Pic de La Meije 3983m, j’ai plus de jus et je me garde de le dire (erreur de ma part !). C’est seulement à la fin du rappel que je regarde Philippe et que je lui dis ouvertement : « j’ai plus de jus ! ». On est au milieu de la course. Impossible de remonter, il faut terminer (c’est aussi à ce moment là que Philippe se pose des questions… je le saurai que bien plus tard autour d’une bonne bière Euh ! d’un bon panach’ ;-). Je demande à Philippe de ralentir le rythme et de mettre plus de points malgré le fait qu’il faille aller vite dans les manips… Le plus dur a été fait, il reste la brèche Zygmondy a passer et quelques rappels à descendre. Il est 16h15, quand nous arrivons au Refuge de l’Aigle, il n’a plus de bière, une grande « déception » se lit dans nos yeux. On boit un panach’ , je m’allonge, je m’endors et je rêve de la course qu’on vient de faire… Merci Philippe.

Mercredi 8 juillet, on se lève tranquillou, et on redescend vers La Grave… Je suis heureux. On rentre jusqu’à La Bérarde en auto-stop, on arrive vers midi…
Je délecte cet instant de bonheur et je pense déjà à la course qu’on fera l’été prochain. »

Bruno.

Alpinisme hivernal

Le froid, les journées courtes, la neige qui recouvre tout et dans laquelle on enfonce…, ce sont autant de difficultés nouvelles qu’il faut apprendre à maîtriser.
Assurément, une ascension hivernale est une expérience incontournable pour un alpiniste !

Malgré les conditions plus dures en hiver, tenter une ascension hivernale est à la portée de beaucoup d’alpinistes.
Il est possible de trouver des ascensions adaptées à tous les niveaux.
Bien sûr, il est préférable de ne pas trop craindre le froid et d’être bien équipé.

Malgré tout, une ascension hivernale est toujours sérieuse et ne s’improvise pas.
Partir avec un professionnel vous permettra de découvrir progressivement toutes les joies de cette pratique en prenant un minimum de risques.

Questions fréquentes :

Combien de clients par guide ?
Un guide peut emmener 1 ou 2 clients en fonction de la course.

Combien ça coûte ?
Pour les courses non tarifées, le coût est basé sur un tarif de journée de 380€ par guide auquel il faut ajouter les frais du guide (son transport, son hébergement…)
Ce coût est à partager par le nombre de participants
Chaque participant doit également payer son transport et son hébergement (voiture, remontées mécaniques, refuges…)

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.

2010-04-09 : haute route Chamonix-Zermatt (Pierrot)

Philippe planifia la Haute Route et nous nous vîmes quatre partants,
Mais par un prompt renfort, nous nous retrouvâmes six pour tenter cette aventure … plus deux Italiens qui se joignirent à l’équipage !

Ce lundi de pâques 2010, nous sommes donc partis 5 courageux et Philippe notre guide. Des conditions excellentes, un soleil radieux, de la neige fraiche en quantité, première étape du sommet des Grands Montets jusqu’a la cabane de Trient, beau refuge idéalement positionné en face des Aiguilles Dorées.
Le mardi, départ en descente … c’est bien aussi de descendre quand on a des skis (!), en bas, transfert taxi jusqu’à Bourg Saint Pierre, puis montée jusqu’à la cabane de Valsorey. Ceux qui y sont allés le savent, après un parcours long et assez plat, tu la vois, cette cabane au dessus de toi qui te nargue, et quand tu montes tu as l’impression qu’elle est toujours aussi loin … heureusement, tu peux te venger sur une bière quand tu arrives !
Le lendemain, mercredi, belle ambiance d’entrée de jeu, couloir à l’ombre au dessus du refuge, très beau et en bonnes conditions, face au Mont Vélan. Un moment technique en crampons, suivi d’une belle descente en direction de la cabane de Chanrion pour terminer l’étape par … une fondue bien méritée.
Le jeudi matin, le temps est couvert, en fait ce n’est pas gênant, la température est correcte et il ne neige pas ce qui nous permet d’arriver sans encombre au sommet du Pigne d’Arolla (3796m) avec en prime une éclaircie dans la descente vers la cabane des Vignettes.
Le dernier jour, c’est que du bonheur ! Grand beau et froid pour mettre de l’ambiance au départ, un premier col suivi du couloir du Mont Brulé en excellentes conditions puis une montée sur le col de Valpeline et découverte d’un paysage fabuleux avec la dent D’Eyrens et le Cervin, une étape magnifique pour terminer le périple avant de rentrer en taxi sur Cham.

La recette pour passer une super semaine : un groupe très sympa, « des gens qui ne se prennent pas la tête », un guide cool, qui maîtrise parfaitement son sujet, un peu de chance avec la météo et une condition physique correcte pour ne pas trop galérer.
A consommer sans aucune modération !

Pierre.

Contact

Contactez moi sans attendre
Je me ferai un plaisir de vous renseigner.

Si vous tombez sur mon répondeur, c’est peut-être que je suis au bout de la corde…
Laissez un message, je vous recontacterai le plus rapidement possible.

CAPTCHA
S'il vous plaît patienter ...

Vallée blanche

Chamonix en hiver, cela évoque pour beaucoup l’incroyable descente à ski de la Vallée Blanche.
Les skis deviennent un moyen…, un moyen de s’immiscer dans cet univers de la haute-montagne.
On se laisse alors glisser, pour une visite d’une vingtaine de kilomètres au coeur du massif du Mont blanc, au milieu des crevasses, aux pieds de faces, de couloirs et de sommets fascinants.

Pour accéder à cette magnifique descente hors piste, il faut prendre le téléphérique de l’Aiguille du midi à Chamonix.
Celui-ci va vous nous transporter en quelques dizaines de minutes à 3800m d’altitude.
Après s’être encordés pour descendre la vertigineuse arête de l’Aiguille du midi, nous chaussons les skis.

C’est au coeur du massif du Mont Blanc que se déroulent ensuite les différents itinéraires possibles.
Que l’on emprunte l’itinéraire classique ou que l’on aille chercher plus de difficulté du coté de l’Aiguille du plan, on en profite pour contempler les innombrables sommets alentours (Mont Blanc, Aiguille Verte, Drus, Grandes Jorasses…).

Votre guide vous fera découvrir les minuscules cordées d’alpinistes engagées dans les voies du secteur.

Concernant la sécurité, votre guide vous équipera d’un baudrier et d’un DVA (détecteur des victimes d’avalanche).
Il se chargera également du matériel de sécurité collectif (matériel d’orientation, radio, corde…).

Il est d’usage de prendre un solide casse-croûte dans son sac. La pause de midi est toujours très appréciée.

Questions fréquentes :

Quel est le niveau à ski nécessaire ?
Il faut être à l’aise dans toutes les neiges pour se faire plaisir dans cette descente.
Les conditions de neige sont très changeantes tout au long de la descente. L’altitude et la longueur de l’itinéraire en font une entreprise sérieuse et éprouvante si l’on n’a pas un niveau technique suffisant.
Les conditions étant très variables suivant la période, n’hésitez pas à me contacter pour de plus amples renseignements.

Combien de clients par guide ?
Nous acceptons un maximum de 5 à 7 personnes par guide en fonction des conditions et du niveau des participants.
Quand il y a plusieurs guides, cela permet de mieux s’adapter aux différents niveaux.

Combien ça coûte ?
Le coût est basé sur un tarif de journée de 380€ par guide auquel il faut ajouter les frais du guide (son transport, son hébergement…)
Le prêt du baudrier et du DVA est inclu.

Il faut ajouter les frais de guide (essentiellement les remontées mécaniques)
Ce coût est à partager par le nombre de participants

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.

Ski hors piste

Pour moi, le ski est avant tout un moyen de profiter de la montagne enneigée.
Sortir des pistes balisées, c’est à chaque fois vivre une aventure, faire des découvertes, profiter d’une nature préservée.

Découvrez la « face cachée » de la station en prenant un minimum de risques.

Pour skier en dehors des pistes, il faut avoir un bon niveau à ski et être très à l’aise sur les pistes.
Il faut également être bien équipé et prendre garde aux dangers de la montagne.

Skier en hors piste, c’est s’engager en haute-montagne. Même si vous êtes à proximité des pistes, tous les dangers de la montagne non sécurisée vous guettent.
En tant que professionnel, le guide connait bien les pièges de la montagne (risques d’avalanche, crevasses, barres rocheuses, gouffres dans les zones de lappiaz…).

Stage de perfectionnement :

Vous avez envie d’élargir vos compétences. N’hésitez pas à opter pour un stage spécifique :

améliorer sa technique du ski en toutes neiges
connaissance de la neige et du risque d’avalanche

Il est tout à fait possible de personnaliser une formation en fonction de vos besoins.

Questions fréquentes :

Combien de clients par guide ?
Nous acceptons un maximum de 5 à 8 personnes par guide en fonction des conditions et du niveau des participants.
Quand il y a plusieurs guides, celà permet de mieux s’adapter aux différents niveaux.

Combien ça coûte ?
Le coût est de 380€ d’honoraires par guide.
Le prêt du DVA est inclu (idem pour le baudrier si nécessaire)

Il faut ajouter les frais de guide (essentiellement les remontées mécaniques)
Ce coût est à partager par le nombre de participants

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.

2010-02-05 : expédition à l’Aconcagua en Argentine (Thierry)

De retour de notre périple, je voulais ajouter quelques mots et remercier tout le groupe pour la bonne ambiance qui a régné pendant ces 3 semaines .
Christian a bien résumé ce que nous avons vécu : l’organisation était parfaite, l’expédition menée avec efficacité par philippe qui gérera de mains de maître notre préparation et l’ascension en prenant la bonne décision pour un départ plus matinal.
En ce qui me concerne , je ne me faisais pas de soucis , je connaissais déjà philippe lors de formations au sein du club alpin et je l’ appréciais déjà beaucoup.
Cela n’ a été que renforcé par cette nouvelle expérience.
Je voudrais le remercier de m’ avoir fait confiance lors de l’ ascension, grâce à lui j’ ai pu concrétiser ce rêve .
Rendez-vous bientôt pour un prochain voyage.

Amitiés
Thierry

Orientation Perfectionnement

Cette formation s’adresse aux personnes ayant déjà utilisé la carte et la boussole et qui veulent acquérir les techniques pointues nécessaires dans les cas difficiles.

La formation se déroule sur 2 jours.

Au programme :

  • rappel des éléments de lecture de carte et d’utilisation de la boussole
  • apprentissage des techniques de relocalisation
  • calcul de pentes
  • méthodologie de préparation d’un itinéraire
  • techniques de progression sans visibilité

Une large place est faite aux exercices pratiques sur le terrain.

Questions fréquentes :

Combien de stagiaires ?
Il faut éviter de dépasser 7 à 8 stagiaires par guide.
Au-delà, l’intérêt pour les stagiaires décroît.

Combien ça coûte ?
La formation coûte 760€ (à partager entre le nombre de stagiaires)
Cela inclut les supports de travail nécessaires aux stagiaires.

A cela, il faut ajouter les frais de transport, d’hébergement…

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.

Raid à ski

Partir en raid à ski, c’est à chaque fois vivre une aventure magique.
On apprécie la beauté des Hautes Routes, le confort rustique et chaleureux des refuges ou le réconfort du bivouac, l’excitation de la découverte.
C’est une parenthèse hors du temps, loin des tracas quotidiens.

La pratique du raid à ski est accessible à tout randonneur.
Nous déterminerons ensemble les possibilités de raid en fonction de votre niveau technique et physique.

Il y a différentes manières de pratiquer le raid à ski :

le raid en étoile :
on établi un « camp de base » qui peut-être un refuge,un gite, une tente, un igloo… et on réalise chaque jour une course différente en aller-retour
cela permet de randonner léger en laissant du matériel sur place
cette formule limite le domaine de découverte

le raid itinérant :
on réalise un circuit en allant de refuge en refuge ou de bivouac en bivouac
en fonction du nombre de jours, il est possible de découvrir des massifs entiers
il faut apprendre à faire un sac léger…

on peut mixer les 2 formules
on a la possibilité de faire certaines courses en aller-retour en étant léger (course longue ou technique)
on a le plaisir de la découverte en faisant un circuit

Quelques belles réalisations :

  • la Haute-Route Chamonix-Zermatt (du MONT BLANC au CERVIN !)
  • traversée Zermatt-SaasFee (dans la continuité du précédent raid)
  • le tour du Queyras (pour ceux qui aiment les saveurs du Sud de la france)
  • découverte de la chaine du Taurus en Turquie (en passant par la Cappadoce…)
  • les 4000 de l’Oberland (pour ceux qui rêvent de côtoyer l’EIGER)
  • Les Alpes de Lyngen en Norvège (le bateau est votre camp de base. Il se déplace dans les fjords)

voir la vidéo

–> Consulter l’agenda pour prendre connaissance des raids en préparation.

Questions fréquentes :

Combien de clients par guide ?
J’accepte un maximum qui se situe entre 4 et 6 personnes par guide : cela dépend de l’itinéraire envisagé et du niveau du groupe.
Quand il y a plusieurs guides, cela permet de mieux s’adapter aux différents niveaux.

Combien ça coûte ?
Le coût est basé sur un tarif de journée de 380€ par guide auquel il faut ajouter les frais du guide (son transport, son hébergement…)
Ce coût est à partager par le nombre de participants
Chaque participant doit également payer son transport et son hébergement (voiture, remontées mécaniques, refuges…)

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.

2010-01-29 : expédition à l’Aconcagua en Argentine (Christian)

Bonjour à tous, plus particulièrement au groupe Aconcagua auquel j’ai eu la chance de faire parti.
Cette expédition était importante pour nous tous et pour moi en particulier qui n’avais aucune expérience de la haute montagne.

En choisissant Philippe comme organisateur et guide nous partions toutefois tranquilles car le fréquentant régulièrement lors de sorties CAF, nous avions souvent eu l’occasion d’apprécier ses qualités professionnelles. Toutefois, partir à 9 personnes à 12 000km de nos montagnes et vivre ensembles pendant 3 semaines avec comme objectif un sommet à 6962m d’altitude, réputé difficile physiquement, était une autre histoire. S’il est vrai que le facteur chance a été avec nous (voyage aller et retour sans encombre et avec tous les bagages, météo quasiment parfaite), l’organisation a été orchestrée d’une main de maitre.
Concernant la partie montagne, philippe nous a préparé un programme d’acclimatation parfait qui s’est terminé par 5 personnes sur 8 au sommet de l’Aconcagua. Tout au long de la progression, notre guide a su gérer l’adaptation de chacun en particulier aussi bien que celle du groupe en général. Grâce à une météo clémente et au choix judicieux de lancer l’assaut final au bon moment, les jours de sécurité n’ont pas été utilisés pour l’ascension, ce qui nous a permis de terminer l’expédition par un séjour détente bien mérité à Mendoza, ville touristique et accueillante ou nous avons pu apprécier, la bière, le vin et la viande qui font la réputation de cette partie de l’Argentine.
Un grand merci à toi Philippe pour ta disponibilité et ton professionnalisme, et merci aussi à tout le groupe pour la bonne ambiance vécue sans interruption tout au long de notre périple.

Amitiés.
Christian

Randonnée à ski

J’aime la pratique hivernale de la montagne. Sous la neige, les sommets retrouvent une certaine virginité.
La moindre fréquentation,le silence glacé, la blancheur éclatante des paysages, le plaisir de faire sa propre trace
dans une neige immaculée sont autant de sources de plaisirs.

Malgré beaucoup d’idées préconçues, la pratique de la randonnée à ski n’est pas réservée à une élite de bons montagnards.
Il suffit d’être capable de skier dans des neiges variées pour pouvoir découvrir les joies de la peau de phoque.
Je vous propose des sorties adaptées à votre niveau et aux conditions du moment.

Sortie découverte :
Vous avez un niveau à ski qui vous permet de vous débrouiller dans toutes les neiges et vous voulez essayer la randonnée à ski.
Une sortie découverte vous permettra de vous familiariser avec le matériel et d’apprendre les techniques de montée.

Vous pratiquez déjà la randonnée à ski :
Vous avez envie de découvrir de nouveaux espaces. Vous voulez essayer d’augmenter la difficulté. Mais vous avez peur de ne pas en maîtriser les risques.
N’hésitez pas à vous faire accompagner et profitez pleinement de votre excursion.

Stage de perfectionnement :
Vous avez envie d’élargir vos compétences. N’hésitez pas à opter pour un stage spécifique :

  • apprentissage du ski en pente raide
  • approche du raid à ski
  • autonomie et techniques de survie
  • orientation et préparation d’itinéraire
  • connaissance de la neige et du risque d’avalanche
  • conséquences sur le choix de l’itinéraire et techniques de progression

Il est tout à fait possible de personnaliser une formation en fonction de vos besoins.

Questions fréquentes :

Combien de clients par guide ?
J’accepte un maximum qui se situe entre 5 et 8 personnes par guide : celà dépend de l’itinéraire envisagé et du niveau du groupe.
Quand il y a plusieurs guides, celà permet de mieux s’adapter aux différents niveaux.

Combien ça coûte ?
Le coût est basé sur un tarif de journée de 380€ par guide auquel il faut ajouter les frais du guide (son transport, son hébergement…)
Ce coût est à partager par le nombre de participants
Chaque participant doit également payer son transport et son hébergement (voiture, remontées mécaniques, refuges…)

Ou pratiquer ?

  • les possibilités dans la région sont illimitées : Mont blanc, Aravis, Chablais, Bauges, Beaufortain…
  • un peu plus loin : Valais suisse, Oisans, Vanoise, Queyras…

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.

2011-09 : expédition au Pérou (Jean-Claude)

De retour de notre voyage au Pérou, je suis ravi d’avoir fait connaissance de ce groupe que je remercie vivement de m’avoir réservé cet accueil. L’organisation parfaite mise en place par Philippe, relayé par Quique notre guide péruvien, a largement favorisé cette ambiance sympathique tout au long des 4 semaines. J’ai beaucoup apprécié le professionnalisme, l’efficacité de nos deux guides, leur disponibilité et leur sérénité affichée en toutes circonstances. Merci pour ces paysages grandioses de la Cordillère Huayhuash, pour l’acclimatation parfaite, pour cette diversité bien orchestrée du périple, pour ces deux belles courses sur les sommets de la Cordillère Blanche et pour la sage décision de renoncer au Chopicalqui en raison des mauvaises conditions.
Philippe, à bientôt pour un prochain séjour en montagne, je l’espère.

Jean-Claude

2009-11-14 : trekking peak au Népal (Michel)

Une destination bien choisie, une organisation parfaite et un sommet adapté au niveau des participants, c’est tout le professionnalisme de Philippe que nous avons pu constater une nouvelle fois lors de cette expéditions au pays des Sherpas.
Après un départ groupé en TGV dans une sympathique ambiance « colonie de notre jeune âge » nous avons vécu l’angoisse de Roissy où l’un des participants n’a pas pris son envol pour Delhi suite à la disparition de son passeport. Première émotion ! Heureusement, il pourra nous rejoindre directement sur le « terrain » quelques jours après grâce à la mobilisation et l’efficacité de Philippe.
Une rapide « plongée » dans l’univers grouillant de Katmandou et certains vivront d’autres émotions durant le vol et l’atterrissage à 2 800 m, Lukla et sa courte piste ne trahissant pas leur réputation !

Ensuite c’est l’émerveillement permanent pendant les 17 jours de marche dont la majeure partie à plus de 4000m, un peuple népalais accueillant et attentionné, un temps formidable, des paysages et des sommets à couper le souffle et toujours notre « GO » veillant sur le groupe et sur notre formidable « Equipe Sherpa ».
Grâce à un bon processus d’acclimatation, les différents passages de cols à plus de 5000 m et l’ascension de l’Island Peak à 6189 m seront presque q’une formalité pour le groupe. Le « Guide Philippe » gèrera de mains de maître la partie technique alpine mais nous fera aussi découvrir d’autres facettes en matière médicale afin de traiter les quelques pépins de santé inévitables dans cet environnement et à cette altitude. Pour être totalement objectif dans ce domaine, il intégrera notre « Toubib Céline » dans la médication !
Nous étions partis dans cette expédition avec l’objectif de découvrir le Pays Sherpa tout en donnant une dimension alpine à ce voyage. Pour cela nous avions besoin d’un « vrai guide » que nous avons trouvé en la personne de Philippe qui avec calme, pondération professionnalisme et …..quelques bières a fait de ce voyage « une réussite ».
Aux dernières nouvelles, de nouvelles aventures sont en projet !!!
Michel

Randonnée

Les multiples facettes de la randonnée en montagne permettent d’en apprécier la variété et la richesse.
On peut chercher sa direction dans les épaisses forêts, ou bien parcourir les arêtes effilées, ou encore découvrir la beauté des rivières et des lacs d’altitude.

Vous aimez vous promenez en montagne et vous avez envie de parcourir des itinéraires plus difficiles.

N’hésitez pas à vous faire accompagner si vous n’êtes pas sûr d’en maitriser toutes les difficultés (orientation, passages techniques).
Vous aurez l’esprit plus libre pour apprécier votre promenade

Votre guide se fera un plaisir de vous faire découvrir les curiosités locales et de vous donnez des informations sur le milieu montagnard.

Questions fréquentes :

Combien de clients par guide ?
On peut envisager d’avoir jusqu’à 7 à 8 personnes par guide : celà dépend de l’itinéraire prévu et du niveau du groupe.
Quand il y a plusieurs guides, celà permet de mieux s’adapter aux différents niveaux.

Combien ça coute ?
Le coût est basé sur un tarif de journée de 380€ par guide auquel il faut ajouter les frais du guide (son transport, son hébergement…)
Ce coût est à partager par le nombre de participants
Chaque participant doit également payer son transport et son hébergement (voiture, remontées mécaniques, refuges…)

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.

2009-09-13 : Mont Blanc (Florian et ses amis)

Le 12 septembre 2009, nous sommes 6 avec 3 guides pour un Mont-Blanc par la voie classique. Les cordées sont bien homogènes et Philippe sélectionne des collègues attentifs au rythme de chacun. Seul un n’est pas monté, heureusement, Philippe l’a guidé jusqu’au Goûter et le lendemain, bien reposé et acclimaté, il pu redescendre en pleine forme, avec nous, en tête de cordée.

Le vent moyen qui nous a accueilli là haut a été éprouvant, les -20 semblaient -30 ! Tous ceux qui sont montés étaient bien entraînés (depuis 4 mois au minimum) mais il y a une chose qu’on ne peu avoir qu’auprès d’un guide.
Je l’ai enfin compris lors de ma descente douloureuse, saisi du mal des montagnes. C’est l’expérience du guide. Il ne suffit pas de s’entraîner, le guide vit dans la montagne, certes, à cause ou grâce à nous. Philippe revient du Pérou, alors c’est pas une petite nuit au Goûter qui va l’empêcher de dormir… Et puis, le rythme, l’écoute du client, l’analyse des symptômes et la décision d’y aller ou pas, s’arrêter ici ou là, passer par là, ça c’est l’assurance de monter sain et sauf, mais comme me l’a dit Philippe de redescendre également.
Bien sûr on peu parler plaisir, challenge, esprit d’équipe et paysages à couper le souffle. Il me semble important de rappeler le rôle du guide, aussi humble et sympathique soit-il, n’est-ce pas Philippe !

Florian.

Orientation initiation

Ce module d’une journée s’adresse aux personnes souhaitant acquérir les bases de l’orientation en montagne.
Il est plutôt destiné à ceux qui n’ont que très peu utilisé une carte de montagne.

La formation se déroule sur une journée.
Bien qu’essentiellement pratique, un certains nombre d’apports théoriques seront faits.

Au programme :

  • lecture de la carte (c’est le gros morceau…)
  • conventions de représentation
  • échelle
  • représentation du relief
  • directions
  • utilisation de la boussolle et de l’altimètre

Toutes les notions seront appliquées sur le terrain

Questions fréquentes :

Combien de stagiaires ?
Il faut éviter de dépasser 7 à 8 stagiaires par guide.
Au-delà, l’intérêt pour les stagiaires décroît.

Combien ça coûte ?
La formation coûte 380€ (à partager entre le nombre de stagiaires)
Cela inclut les supports de travail nécessaires aux stagiaires.

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.

Canyonning

Activité ludique par excellence, le canyon allie les plaisirs des jeux d’eau et de la découverte.
Sauts, tobogans, descentes en rappel sont autant de moyens de descendre les magnifiques canyon que la nature a creusée dans notre région.

Dans la région, le canyon se pratique principalement pendant les beaux jours (mai à octobre).
On compte une cinquantaine de canyon intéressants en haute-savoie. On en trouve dans toutes les régions montagneuses.

Malgré son coté très ludique, le canyon présente des risques importants qu’il convient de bien gérer.

  • Il faut prévenir le risque de chute dans les parties raides en maitrîsant parfaitement les techniques de cordes
  • il faut prévenir le risque de noyade dans les parties aquatiques (mouvement d’eau, rappel de corde sous cascade…)

Votre guide prenda en charge la gestion de la sécurité pour que vous puissiez profiter pleinement des joies de l’activité.

Questions fréquentes :

Combien de clients par guide ?
Nous acceptons un maximum de 5 à 8 personnes par guide en fonction des conditions et du niveau des participants.
Quand il y a plusieurs guides, cela permet de mieux s’adapter aux différents niveaux.

Combien ça coûte ?
Le coût est de 60€ par personne (4 personne mini)
Le prêt du baudrier, de la combinaison et du casque est compris.

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.

2009-07-12 : école de glace (Florian et ses amis)

Ce n’est qu’un début, quelques pas ensemble sur la Mer de glace. Comme à l’école, Philippe nous a enseigné les rudiments de la marche et de l’encordement. La pédagogie c’est savoir expliquer plusieurs fois de manière différente…jusqu’à ce que cela percute ! Philippe est patient et à l’écoute de tous. Pas facile de se débrouiller des crampons, du piolet, du baudrier quand on en a jamais vu… Ce jour là, Philippe a fait l’ange gardien et nous sommes au septième ciel.
Nous avons donc prévu un Mont-Blanc en septembre 2009, mais surtout avec ce guide !

Florian.

Le blog de Florian : « destination Mont-Blanc »

Via ferrata

La via ferrata est une manière ludique de découvrir de nouvelles sensations.
L’approche de ce milieu vertical ne se fait jamais sans appréhension.

On se découvre de nouveaux muscles aux bras jusqu’alors insoupçonnés…

Les itinéraires équipés des via ferrata permettent de découvrir facilement le plaisir d’évoluer en milieu vertical.
On apprend à apprivoiser le vide. On découvre le plaisir de grimper en s’aidant des mains.

Malgré la relative sécurisation des itinéraires, pratiquer cette activité présente des risques évidents.
Il est important d’avoir un équipement adapté et de s’en servir correctement.

Un guide vous fera découvrir les joies de l’activité sans prendre de risques inutiles en vous initiant aux techniques de sécurité.

Questions fréquentes :

Combien de clients par guide ?
Il peut y avoir jusqu’à 4 à 5 clients maximum par guide.

Combien ça coute ?
La base tarifaire est de :

  • 60€ par personne pour 1 via ferrata d’une demi journée (4 personnes mini)
  • 95€ par personne pour 2 via ferrata dans la journée (4 personnes mini)

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.

2011-07-15 : traversée des Dômes de Miage (Clara et Pascal)

15 juillet 2011. Voilà déjà deux jours que nous sommes de retour dans la plaine poitevine. Les jambes sont encore un peu lourdes. C’est pourtant avec un grand plaisir, que nous partageons sans cesse avec nos proches, les souvenirs de cette première pour nous en haute montagne, sur les pentes qui conduisent aux Dômes de Miage.

Les images défilent les unes après les autres. Du passage par les échelles, à l’atmosphère chaleureuse du refuge des Conscrits (excellent ce repas népalais !), en passant évidemment par l’inoubliable cheminement sur l’arête qui mène au sommet et à son incroyable panorama. Alors bien sur la descente s’avéra parfois longue et fastidieuse, pour ne pas dire douloureuse…Sans doute aurait-il fallu que notre préparation soit plus optimale, cette course splendide nécessitant un effort de longue durée. Mais la sérénité contagieuse affichée par Philippe et son précieux soutien dans les moments difficiles, font qu’aujourd’hui demeurent dans notre esprit deux magnifiques journées. Un grand merci à toi Philippe et sans doute à une prochaine fois.

Clara & Pascal

2009-05-31 : Arêtes de Rochefort (Olivier)

Lors d’une vallée blanche a ski en février 2009, Philippe me montre différentes courses accessibles aux quasi débutants, et l’arête de Rochefort me frappe l’imagination immédiatement de par sa position dans le massif et son caractère aérien.
Le 30 mai 2009, nous voici a Torino, sous la neige….avec la perspective d’un lendemain ensoleillé.
L’arête est somptueuse et tout y est : soleil radieux, la neige gelée au petit matin (ça cramponne bien), une arête élancée et aérienne qui procure des sensations, une vue magnifique a 360° avec la dent du Géant en sentinelle.
Et surtout la compétence et gentillesse de Philippe qui m’ont rendues cette course possible.
Apres 15 ans de rêves de montagne, me voila comblé avec déjà d’autres idées de course en tête.

Olivier.

Mont Blanc

Quel alpiniste n’a pas rêvé de gravir le Mont Blanc ?
Quelle magnifique vue depuis le sommet !
L’ascension du Mont Blanc est toujours un superbe voyage au-delà des cimes.

Une multitude d’itinéraires de toutes difficultés permettent de gravir le Mont Blanc.
Tous font rêver : arête du Gouter, voie des Grands Mulets, traversée des 3 Monts Blanc, route des Aiguilles Grises, éperon de la Brenva, arête de l’Innominata, Sentinelle Rouge, voie Major, arête de Peuterey, arête du Brouillard, pilier du Freney…

Les 4 voies « normales » sont accessibles sans difficultés techniques importantes :

arête du Goûter 
c’est l’itinéraire le plus utilisé par les prétendants au sommet
1000m de dénivelé « seulement » séparent le fameux refuge du Goûter du sommet
l’ensemble de l’itinéraire ainsi que le refuge sont très encombrés lors des mois de juillet et août
 
itinéraire des Grands Mulets : par l’arête du dôme
1800m de dénivelé sépare le refuge des Grands Mulets du sommet ! Il vaut mieux être très en forme…
depuis quelques années, l’arête du dôme du Goûter et privilégiée par rapport à l’itinéraire historique du grand plateau (plus technique mais sans risques objectifs importants)
on utilise parfois cet itinéraire à la descente
 
la traversée des 3 Monts Blancs 
le départ se fait depuis le refuge des Cosmiques (au pied de l’Aiguille du Midi)
on réalise l’ascension du Mont Blanc du tacul jusqu’à son épaule NO, puis on grimpe les pentes de l’épaule du Mont Maudit et on termine par les pentes sommitales du Mont Blanc
le dénivelé positif total est d’environ 1250m
c’est une course très variée guère plus difficile que l’arête du Goûter
 
la route des Aiguilles Grises 
cet itinéraire débute en Italie non loin de Courmayeur
on rejoint pour celà le refuge Gonella à 3027m
1800m de dénivelé doivent être gravis pour atteindre le sommet
c’est une magnifique course variée nécessitant une excellente forme physique

 

Certains disent que le Mont Blanc est une course facile ; je pense qu’ils ont tort :
Comme pour toute course en haute altitude, les difficultés et dangers sont bien réels.
Si vous êtes certain d’être physiquement prêt, de supporter physiologiquement l’altitude, de ne pas avoir de glace vive sur les arêtes, de ne pas vous perdre dans le brouillard, de ne pas tomber dans une crevasse, de ne pas recevoir de chute de pierre ou de sérac… dans ce cas, peut-être que ce ne sera pas une course trop difficile !

Questions fréquentes :

Quel est le matériel nécessaire ?

  • le sommet étant souvent venté, il faut être équipé pour résister au froid et au vent  pantalon et veste coupe-vent
    •  sous-vêtements chauds
    • 2 paires de gants chauds (ou mieux, une paire de gants et une paire de moufles)
    • 1 bonnet
    • 1 masque de ski et une paire de lunettes de soleil
    • chaussures de montagne imperméables et chaudes + guêtres
  • 1 piolet d’au moins 60cm de long (1)
  • 1 baton téléscopique
  • 1 paire de crampons en acier avec anti-bottes
  • 1 harnais avec longe et mousqueton de sécurité (1)
  • 1 DVA (détecteur de victimes d’avalanche) + pelle + sonde : suivant les conditions (1)
  • 1 lampe frontale
  • 1 gourde isotherme et des barres énergétiques
  • 1 sac en toile pour dormir (c’est plus agréable et plus hygiénique que dormir directement dans les couvertures du refuge)

(1) : fourni par le guide si besoin, inclu dans le prix de base
Pour le reste, ne pas hésiter à nous contacter en cas de besoin

Comment se préparer ?

  • Il est impératif d’avoir une bonne condition physique:

marcher en moyenne montagne permet d’acquérir l’endurance nécessaire
il faut être capable de faire au moins 2000m de dénivelé positif en moyenne montagne pour être à l’aise sur le Mont Blanc
l’ascension se déroule en altitude et 1000m de dénivelé à 4000m d’altitude sont beaucoup plus exigeant que 1000m de dénivelé à 2000m d’altitude !
une course de préparation en altitude est également conseillée. Cela permet d’évaluer sa capacité à supporter l’altitude
Une course entre 3000m et 4000m avec nuit en refuge permet de commencer à s’acclimater à l’altitude.
Quelques courses idéales pour se préparer : Les Dômes de Miage, Tour Ronde, le Mont Blanc du Tacul, Aiguille du Tour, etc…

  • Il est fortement conseillé d’avoir bien essayé ses chaussures auparavant :

les chaussures sont un des éléments clés de l’équipement
il est important d’être bien dedans et d’avoir la certitude de pouvoir marcher longtemps avec (à la montée comme à la descente)

Combien de clients par guide ?
2 clients maximum.

Combien ça coûte ?  
honoraires guide :
Par l’aiguille du Gouter : 1000€
Par les Grands Mulets et l’arête du Dôme : 1000€
En traversée (itinéraire des 3 Mts Blancs) : 1100€
Route des aiguilles grises : 1200€
Il faut ajouter les frais du guide (son transport, son hébergement…). Ce coût est à partager par le nombre de participants
Chaque participant doit également payer son transport et son hébergement (voiture, remontées mécaniques, refuges…)
 
Pour d’autres itinéraires, il existe une tarification des courses qui est fonction de la difficulté et de l’engagement de l’itinéraire (voir dans la rubrique tarif).
Si vous avez un projet, demandez-nous un devis.

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.

2009-04-14 : Arête des Cosmiques (Bruno)

« Quelle sortie!!!
Certains me diront : « Attends ce n’est que l’Arête des Cosmiques! »,d’autres :
« Pour une première fois c’est pas mal. » Mais à tous, j’ai envie de leur dire que c’était une journée magnifique, superbe, inoubliable… que çà soit du point de vue du choix du site, de la difficulté de la course ou des moments partagés ensemble.
Bref, ç’était génial de pouvoir faire sa première course en toute sérénité avec un guide comme Philippe. Encore merci.
Aller à très bientôt pour un nouveau sommet des Alpes…

Bruno.

2014-04 : haute-route Zermatt-SaasFee (Pierre)

Encore un raid magnifique avec, en supplément, le plein de globules rouges …
Mais à propos, c’est quand qu’on repart ?

A la fin du raid sur la Haute Route en 2010, attablé derrière une pizza et une bonne bière, je m’étais dit qu’il serait tout de même bien de pousser un peu plus loin, au-delà de Zermatt. Les montagnes alentour semblaient nous inviter à les rejoindre.
Il est difficile de résister à un appel de ce genre ! Aussi après quatre ans, et plusieurs raids auxquels j’ai participé dans l’Oberland, l’Otzal, en Norvège, Philippe a trouvé un créneau pour nous organiser une semaine en altitude ce mois d’avril 2014.
L’équipe démarre sous un beau soleil. Le premier sommet, le Breithorn (4159m) est avalé sans difficulté, il faut dire que les remontées mécanique nous avaient bien avancé. Après une nuit au refuge du Val d’Ayas, en Italie, nous revenons en Suisse pour escalader le Castor (4223m). Nous ne pourrons malheureusement pas monter tout à fait au sommet à cause d’un vent à 120km/h, l’arête sommitale est beaucoup trop exposée et aérienne même si le temps est au grand beau.
Le lendemain, en point d’orgue c’est une belle course jusqu’à la pointe Dufour au Mont Rose (4634m). Belle ambiance au milieu des crevasses et des séracs, des images inoubliables du point culminant des alpes Suisses !
Après une nuit de repos, nous attaquons le (gros) morceau : la traversée Zermatt – Saas Fee. Une belle longueur en altitude, des passages techniques pour lesquels Philippe ‘’va assurer’’ au propre comme au figuré.
Une dernière ‘’bosse’’ pour terminer le séjour : l’Allalinhorn (4027m) et nous rentrons car la météo à tourné vinaigre.
Nous avions prévu un jour de plus avec l’Alphubel (4206m), magnifique sommet qui va nous narguer tout au long de la dernière journée … pas grave, on reviendra !
Encore un raid magnifique avec, en supplément, le plein de globules rouges …
Mais à propos, c’est quand qu’on repart ?
Pierre.

Escalade

Progresser à l’aide des 4 membres, trouver de nouveaux équilibres, progresser au dessus du vide, faire confiance dans le matériel d’assurage… sont autant de choses que l’on découvre au travers de l’escalade. Pour certains, ce sera une activité à part entière, ludique et riche en sensations. Pour d’autres, ce sera la porte d’entrée aux ascensions en haute montagne.

L’escalade est une activité facilement accessible à la grande majorité d’entre nous.
Quelque soit son niveau technique ou physique, le plaisir est le même.

Toutes les formules sont possibles :

  • on peut s’initier ou s’entrainer sur un pan ou un mur d’entrainement
  • on peut préférer directement se faire plaisir en grandes voies
  • on peut préférer grimper dans une ambiance haute montagne

Stages de perfectionnement :

Vous avez envie d’élargir vos compétences ? Alors, optez pour un stage spécifique :

apprenez les techniques de sécurité
devenez autonome en terrain d’aventure
perfectionnez votre niveau technique

Il est tout à fait possible de personnaliser une formation en fonction de vos besoins.

Questions fréquentes :

Combien de clients par guide ?
Ca peut aller de 4 clients pour de l’initiation ou de l’entrainement, à 1 ou 2 clients pour une course d’envergure (plusieurs longueurs).

Combien ça coute ?

  • La base tarifaire est de de 380€ par guide pour la journée.
  • Pour les escalades en montagne, il existe une tarification des courses qui est fonction de la difficulté et de l’engagement de l’itinéraire.
  • aux honoraires de base, il faut ajouter les frais du guide (son transport, son hébergement…). Ce coût est à partager par le nombre de participants
  • Chaque participant doit également payer son transport et son hébergement (voiture, remontées mécaniques, refuges…)

Si vous avez un projet, demandez-nous un devis.

Où pratiquer ?

  • les possibilités dans la région sont énormes. On trouve quantités de falaises de toutes hauteurs, de toutes expositions et de toutes difficultés : Aravis, vallée de l’Arve, Vallée du Giffre, Chamonix, Chablais
  • le sud de la france offre de belles possibilités lorsque le froid interdit l’escalade ailleurs : Verdon, Calanques, Alpilles…

 

N’hésitez pas à me contacter : je répondrai à toutes vos interrogations.